L’optimisation du contenu web et rédactionnel, critère majeur de positionnement sur les moteurs de recherche,  va servir à mieux référencer votre site internet. Les règles d’écriture sur le web diffèrent de celles du papier.

D’une part, la position du lecteur n’est pas la même (lecture plus lente devant l’écran, interaction favorisée par les commentaires sur les plateformes numériques, des liens hypertextes et une profondeur de contenu qui enrichissent la lecture comme ils peuvent la perturber ou disperser l’attention de l’internaute…).

D’autre part, les algorithmes des moteurs ont imposé des règles et des filtres qui impactent directement la rédaction web.

Comment rédiger pour le web : 5 règles SEO – UX

Rédiger pour le web oblige à respecter des règles de structure et de balisage spécifiques, comme à tenir compte des usages.
Pilier du référencement naturel, la rédaction web doit faire l’objet d’une véritable attention dans une stratégie de performance et de visibilité de votre site web.

Le contenu SEO (optimisé pour les moteurs de recherche) s’est aussi progressivement associé à l’UX ou expérience utilisateur. Voici 5 règles de rédaction à respecter pour optimiser vos contenus web, pour répondre aux exigences du web (et des internautes !) et gagner des positions sur les moteurs de recherche.

1. Structurez vos textes pour le web

Article de blog, livre blanc, fiche produit… Votre texte doit être fluide, aéré, facile à parcourir et dynamique. Pour y parvenir, il faut prendre soin de la hiérarchisation du contenu :

  • un chapô,
  • des titres et intertitres,
  • un paragraphe pour chaque idée…

Il est aussi important de délivrer l’essentiel de l’information en haut de page (système de l’entonnoir), au-dessus de la ligne de flottaison, pour capter l’attention du lecteur et envoyer un signal aux robots.  Cette zone chaude est en effet interprétée par les moteurs : on y insère des mots ou expressions-clés, soit des requêtes stratégiques de votre contenu.

Il s’agit ensuite de rédiger des paragraphes courts et digestes, veiller aux titres et aux inter-titres, placer du texte en gras… Les éléments visuels facilitent la lecture comme les listes à puces ou la numérotation.
Le rédacteur web fuit le contenu dupliqué qui peut pénaliser le référencement des pages concernées et plus généralement le positionnement du site. Antériorité de contenu ou autorité du site web déterminent le positionnement de la page web qui comporte du contenu dupliqué. Google fait son choix entre pages au même contenu : si votre page reprend le contenu d’un site tiers ayant une plus forte autorité, c’est le site web externe qui sera choisi par l’algorithme pour figurer dans les résultats de recherche.

L’utilisation de la balise Canonical indiquera à Google quel site ou page à afficher en cas de contenu dupliqué.

GUIDE Bonnes Pratiques SEO

 

2. Balisez vos contenus rédactionnels

De façon plus technique, les éléments de structure d’un texte SEO doivent être balisés :

  • Le titre de la page web

D’environ 70 caractères, le titre apparaît dans les résultats du moteur de recherche (SERPs). La balise Title doit être suffisamment explicite ou percutant pour inciter l’internaute à cliquer.

  • La balise meta description

D’environ 160 caractères, la description doit clairement informer sur le contenu de la page web de destination. La balise meta contient des mots-clés stratégiques et des informations différenciantes pour attirer l’attention.  Affichée dans la SERP, elle impacte aussi le taux de clic. La meta description renseignée n’est pas systématiquement reprise dans les résultats de recherche des moteurs : Google peut présenter une toute autre partie du contenu de la page s’il estime qu’elle répond mieux à la requête de l’internaute.

  • Les titres de contenu, du H1 au H6

Le titre de l’article (H1), le sous-titre (H2), les titres de paragraphes (H3), etc. reprennent des mots stratégiques et expressions clés, donnant ainsi des indications de contenu aux robots et permettant une meilleure lisibilité.

  • Une page web = une idée directrice

Le contenu d’une page web se focalise sur une thématique ou idée directrice, soit sur un mot-clé principal (sans sur-optimiser) et ses variantes (synonymes, hyperonymes, hyponymes, expressions secondaires et de longue traîne). Ce mot-clé ou expression principale  apparaît en début d’article, dans le titre de la page et dans le titre (H1).

  • Les ancres de liens (ou textes cliquables)

Ils contiennent des mots-clés et sont explicites sur le contenu de la page de destination.

Dans cet exemple, les balises H2 ont été insérées directement dans l’éditeur du CMS WordPress.

3. Définissez des univers sémantiques

Distribués de façon équilibrée dans le texte, les liens (internes et externes) doivent permettre de sculpter le linking et de renforcer le poids SEO des pages du site. La technique du cocon sémantique permet précisément de renforcer un même univers sémantique sur un site web, en créant un maillage de liens internes entre les pages de ce même univers.

Il ne suffit plus de truffer vos textes de mots-clés pour optimiser votre référencement. Depuis l’avènement de Rankbrain, Google use de l’intelligence artificielle et de l’apprentissage automatique pour comprendre les requêtes, analyser les comportements, déceler les intentions de recherche pour proposer aux internautes les résultats les plus pertinents.

Comme dit précédemment, en matière de rédaction web SEO, il s’agit de dépasser l’exposé lexical pour créer des univers sémantiques permettant de couvrir un large éventail d’intérêts et de questions posées sur internet. Le maillage interne ou la création de liens permet de relier les thématiques entre elles pour créer des univers sémantiques et renforcer le poids des pages web.

Plus vous parlerez régulièrement et précisément de votre activité sur un blog, plus vous attirerez de visiteurs, plus vous gagnerez en autorité (davantage de pages vues et de citations…) et plus vous apparaîtrez légitime aux yeux des moteurs. Avant-toute chose, l’étude des requêtes des internautes est le meilleur moyen d’y répondre. Et c’est bien leur satisfaction qui compte avant-tout !

4. Pensez “expérience utilisateur” sur desktop comme sur mobile

L’ergonomie d’un site doit être pensée pour fluidifier le parcours de l’internaute (il faut par exemple éviter plus de 3 clics pour trouver une information). L’interface et l’ambiance graphique jouent un rôle de rétention. Sur mobile, d’autres règles s’appliquent à la rédaction web : concision, structuration sous forme de blocs de contenu faciles à lire…
Pour assurer le confort de lecture de votre audience, votre contenu balisé ne saurait se passer de RWD ou responsive design. Il s’adaptera ainsi parfaitement à la taille de l’écran de votre lecteur.

–> Vérifiez les points-clés de votre référencement en faisant réaliser un audit SEO par une agence ou un consultant.

Dans la même optique, la technologie AMP (surtout utilisée par les gros éditeurs de contenus) permet de diminuer le poids des pages web et d’en accélérer l’affichage sur mobile. Le RWD et l’AMP sont aujourd’hui plébiscités par les robots et leur adoption doit vous permettre de renforcer votre référencement naturel et surtout de satisfaire vos lecteurs !

5. Concentrez-vous sur la satisfaction de vos lecteurs avec un contenu de qualité

L’enjeu de la rédaction web se situe bien là : s’il importe de faciliter l’accès et la compréhension de vos contenus aux robots pour leur indexation, il s’agit avant-tout d’offrir à votre audience une qualité éditoriale, des informations utiles et pertinentes, une navigation agréable et simplifiée, une rapidité d’affichage et des réponses à leurs requêtes.

Car nul doute que si les lecteurs frustrés ou déçus ne restent pas ou ne reviennent pas sur votre site, les robots eux non plus ne viendront plus aussi souvent crawler vos pages…